Jeanne Barret
La première femme à avoir fait le tour du monde
Simone Sempere
Artiste peintre
Sur les traces de Jeanne Barret, la première femme à avoir fait le tour du monde.
Papouasie
Chez les papous
Papouasie
Île Maurice
Au jardin des pamplemousses
Île Maurice
Rapanoui
Décor floral
Rapanoui
Argentine
Cours de peinture avec les enfants de la favela
Argentine
Réunion
Dans l'atelier de Jeff Angelo
Réunion
Île Maurice
Avec le directeur
Île Maurice

Pourquoi ce tour du monde...

  • Mon tour du monde est un souffle de vie d'amour des merveilleuses plantes de la planète afin de témoigner ma gratitude à ces gardiennes et gardiens, unis dans la mission de les découvrir, les classer, les rendre connues pour le bien des humains.

    Ma démarche est distincte de celle d'une expédition à visée scientifique, voire littéraire.

    Elle est un voyage de rencontres de découvertes des continents aux cultures différentes et à une nature encore préservée, une réponse à l'appel de la Pachamama.( Terre-mère en Incas)
  • Au temps de Jeanne Barret et Philibert Commerson. A ce moment là la planète changea de visage car en terre de France, on eu accès à la botanique universelle.

    Une femme au tempérament d'homme avec suffisamment de force pour braver les tempêtes, les océans, les grandes mers, arriva enfin au nom de la mère au sein du jardin universel avec son compagnon.
    Dans cet éden, ils découvrent des épices, des fleurs inconnues qui permettent aujourd'hui à vous tous enfants de la vie, de toucher les essences de l'essentiel, les huiles, les parfums, les potions aux vertus curatives.
  • Tout cela est là. Un jour cette femme ramena en la soute d'un navire des plantes inconnues qui furent étudiées répertoriées jusqu'à ce qu'aujourd'hui en cette époque où vous êtes maintenant, vous puissiez les utiliser et avoir accès à ce qu'il y a de plus grand en ce monde, le jardin extraordinaire de l'univers.

    Dans ce jardin extravagant de luxuriance j'ai parcouru les sentes que leurs pas ont foulé, sorti mes pinceaux et mes couleurs pour emporter l'âme d'une fleur à jamais épanouie.
  • J'ai vécu quarante ans dans une région alpine en Chartreuse, marchant à travers tous ses sommets, apprenant le nom des fleurs.

    De là est née ma passion du dessin et de la peinture florale puis artistique.

    Cet amour de la nature m'a tout naturellement rapprochée de la vie de Jeanne Barret, connaisseuse du milieu naturel dans sa contrée bourguignonne et utilisatrice des « simples » dès sa plus jeune enfance.
  • Née le 27 juillet 1740 dans le petit village de La Comelle en Saône-et-Loire, très tôt orpheline de mère elle passe les premières années de sa vie à la ferme de son père.

    Elle partira de France travestie en homme et son périple fit d'elle la première femme à faire le tour du monde !

    Herboriser est une activité familière que j’ai beaucoup pratiquée avec le rêve de toucher les nuages et les étoiles aux cimes des crêtes et des névés.
  • Des pentes raides du mont Cenis en Savoie aux vallons longeant le Giffre en Haute-Savoie j’arpentais sentes et taillis dès 5 h du matin jusqu'au soleil couchant.

    Durant ces heures, j'étais en osmose totale avec la nature. Gentianes de Koch, Edelweiss, arnica, génépi, armoises, anémones étaient mes compagnes.

    En compagnie de Marc Prière de Montfleury, chacun avec un sac de toile porté sur l'épaule, élastiques dans une poche un canif dans la main je grimpais dans ses pas au son des clarines.
  • Ces cueillettes étaient destinées à la création de cadres de fleurs.

    J'imagine Jeanne herborisant, un sac en toile sur l’épaule les attacher sur place afin de les mettre en herbier sur papier sur le bateau, nous nous ressemblons dans cette aspect.

    Je rends hommage à ma mère si heureuse de mon voyage, partie rejoindre les ancêtres peu de temps après mon retour en France où je découvrais le premier confinement.
  • Je remercie mes enfants, mes amis qui n'ont cessé de rêver pour moi traçant déjà la ligne d'une circumnavigation extraordinaire, remplissant ma corne d'abondance de tous les possibles.

    Aujourd'hui, j'écris, je continue à peindre et à voyager en mes souvenirs qui s'inscrivent sur des lignes afin de témoigner qu'au bout du monde les yeux du cœur sont les même que les vôtres.

    Être juste solidaires et respectueux de la nature, de ses gardiens, de l'engagement à être pour devenir.

SOUTENEZ-MOI !

à l'occasion de la sortie de mon livre

L'art de peindre est comme la musique, un pont de reliance pour rencontrer les peuples.
En août 2019, je suis partie 9 mois en 19 étapes autour du globe sur les pas du navigateur Bougainville, Philibert Commerson médecin du Roi et naturaliste, Jeanne Barret botaniste, première femme à avoir fait le tour du monde travestie en homme.
Telle une mission humaniste, le pinceau sans frontière a su ouvrir les portes des cœurs, un langage écologique sur la sensibilisation à la nature.

Je lance un appel afin que mes récits de voyage et planches botaniques soient diffusés avec ce livre déjà chez l'imprimeur et prêt à être édité, son titre :

"DANS LE SILLAGE DE BOUGAINVILLE"
le voyage du pinceau.



Un tour du Monde en 9 mois de Rochefort à Saint-Denis de la Réunion.

SI VOUS VOULEZ M'AIDER EN ACHETANT CE LIVRE, VOUS POUVEZ LE FAIRE VIA MON ADRESSE PAYPAL : cristaline73@wanadoo.fr
Règlement possible par chèque.

Le livre de mon ami Claude Dutreix

L'arrivée de Bougainville à Tahiti
Avril 1768 : Bougainville à bord de ses 2 navires parvient sur les rivages de la Nouvelle Cythère (Tahiti).
Suite à ce séjour, il rédigera à son retour son livre "Voyage autour du monde" et la Nouvelle-Cythère y sera décrit comme l'île des plaisirs des mers du Sud.

Louis-Antoine de Bougainville

  • Je découvre la vie et l'œuvre du comte Louis-Antoine de Bougainville * (°1729-†1811), officier de marine dans la Royale qui a grandi dans un milieu passionné par les mathématiques, la géographie et les sciences naturelles.

    Il deviendra l’un des navigateurs et explorateurs français les plus réputés. En tant que commandant en chef, il a mené de 1766 à 1769 le premier tour du monde officiel français. « Voyage autour du monde » comme le journal de voyage qu’il a rédigé durant l’expédition donnera lieu à une première version éditée en 1771, (250 ans en 2021 ) dévoilant des informations fort intéressantes sur les nouveaux territoires visités avec des détails sur les populations, la faune et la flore.
  • Lorsqu’il quitte Brest le 5 décembre 1766 à bord de La Boudeuse, Bougainville est chargé d’assurer une mission politique au nom de la Couronne de France.

    Alors que de nombreux territoires sont encore inexplorés, les grandes puissances que sont l’Espagne, l’Angleterre et la France jouent des coudes pour obtenir la primauté sur un plan géopolitique, avec bien évidemment des enjeux économiques à la clé.

    À cette époque, la situation stratégique des îles Malouines situation stratégique du détroit de Magellan et du cap Horn qui permettait de contrôler l'accès aux mers du sud suscitant les convoitises.
  • Les Anglais revendiquaient leurs droits sur ces îles, arguant que leurs explorateurs avaient été les premiers à découvrir ce pays, qu’ils avaient nommé Falkland.

    Les Espagnols furieux, affirmaient que ces îles faisaient partie de l'Amérique du Sud et leurs revenaient de droit.

    Bref le torchon brûle sur la scène politique internationale. Après de longues palabres, la France qui avait jeté son dévolu sur ces îles, accepta enfin de remettre les Malouines à l'Espagne et chargea Bougainville de cette restitution.
  • L’objectif inavoué de la mission confiée à Bougainville dépassait largement le volet diplomatique avec une nette connotation expansionniste.

    Au nom du roi Louis XV, Bougainville devait assurer la maîtrise de nouvelles voies maritimes et conquérir des terres inconnues..

    Fin 1766, alors que l’amirauté anglaise lance Samuel Wallis et Philip Carteret dans une nouvelle expédition dans l’océan Pacifique, Bougainville leur emboîte le pas
  • L'Étoile partira après La Boudeuse, ayant des réparations à effectuer qui la retardera beaucoup. Bougainville embarque à bord d'une frégate défectueuse La Boudeuse Suivie par la flûte L'Étoile, bâtiment au rôle principal de réserve alimentaire.

    Trois cents hommes au total sont à bord, dont le Prince né d'Orange et de Nassau, le cartographe Charles Routier de Romainville, l'astronome Pierre-Antoine Véron et le naturaliste Philibert Commerson * (1727-†1773) accompagné de son domestique Barret * dit Jean de Bonnefoi, dont on devait découvrir plus tard qu'il était une femme.
  • Jeanne Barret deviendra par la suite la première femme à naviguer autour du monde..

    Captivée, subjuguée par la vie de Jeanne Barret, je m'envole 250 ans plus tard sur les pas de Bougainville, en empruntant une partie du même périple, en avion, en bateau, en bus.

    Je ne me sépare jamais de mes pinceaux lors de mes voyages, ils sont un vrai passeport de partage avec les autres, quelque soit la langue. Je suis donc prête pour ce tour du monde qui a débuté le 20 août 2019.
  • La première pierre posée du voyage commence en juillet pour rendre hommage à Jeanne Barret et fleurir de plantes tropicales sa tombe à l'ancien cimetière de Saint-Antoine-de-Breuilh dans le Périgord.

    Ce n'est pas sans regret que je suis partie sans rencontrer Nicolle Maguet et Sophie Miquel, dans l'espoir de pouvoir le faire à mon retour.

    Après ce recueillement, je suis allée à Rochefort visiter la Commanderie maritime royale et sa Corderie.
  • Non loin, j'ai pu ressentir l'émotion de l'endroit exact d'où est partie L'Étoile. Surprise, la réplique de L'Hermione s'apprêtait à quitter le port ce jour-là.

    Rochefort possède une structure municipale de qualité mondiale « Le Conservatoire du Bégonia », localisée dans la rue judicieusement nommée Charles Plumier (°1646-†1704), botaniste de grande renommée à qui l'on attribue la création du nom de genre.

    Celui-ci a une étymologie sans équivoque : hommage à l'administrateur Michel Bégon [de La Picardière] (°1667-†1747) ayant été en fonction dans cette ville, par ailleurs féru de botanique.

Documentaires vidéo

Documentaires vidéo

Bougainville, le voyage à Tahiti Remerciements à Arte pour ce beau docu fiction et ces belles images. Lors de son tour du monde, entre 1766 et 1769, le Français Louis-Antoine de Bougainville a fait escale à Tahiti. L'image idyllique qu'il en rapportera va contribuer à modifier le cours de l'histoire.
Et un superbe diaporama réalisé par France Culture sur la vie de Jeanne Barret
Quelques photos pour illustrer ce tour du monde
Et bien d'autres à découvrir !
Et bien plus encore !!!
Diaporama
Découvrez ce diaporama contenant beaucoup plus de photos prises lors de notre tour du monde.
Vous en découvrirez encore plus tout prochainement.

Intéressé(e) par un stage de peintures ?

Prochaines dates : 11, 12, 13, 14 NOVEMBRE
à Aix les Bains, 11 rue des fontaines 73100